Please wait
Placez le début et la fin de votre boucle, puis cliquez sur Lire.
00:00/2:11
-
1. Intro
00:00/2:11
TEMPO80 BPM
Nombre de temps par mesure
4
Tempo de départ
60

Tempo de fin
70

Incrément en BPM
2

Décrément en BPM
1

Nombres de mesures
avant la variation
4

Durée
Hz
Corde 6 Corde 5 Corde 4 Corde 3 Corde 2 Corde 1
Choisissez votre playback et sa vitesse

Symphony Of Destruction (riff)
BPM :
mute
volume max
mute
volume max
mute
volume max
Les riffs
d

Apprendre Symphony Of Destruction de Megadeth à la guitare

Ajouter aux
favoris
Définir ce cours comme
À travailler
Acquis
Ce riff, c'est la simplicité et l'efficacité à l'état pur. Dave Mustaine nous a effectivement pondu avec Symphony Of Destruction un riff qui balance, sans aller dans la complexité.

Comment jouer Symphony of Destruction à la guitare ?

Pas de difficultés particulières dans ce riff même si tout le carré intervient dans le fait d'être propre et précis dans les soupirs. Le conseil est d'utiliser vos deux mains pour vraiment stopper toutes les notes, rien ne doit dépasser. Aussi, la vitesse originale va assez vite, c'est donc à ce moment que cela peut devenir plus compliqué de jouer ce riff proprement sur votre guitare.

L'histoire du riff

C'est sur le cinquième album de Megatdeth, Countdown To Extinction, sorti en 1992, qu'apparait Symphony Of Destruction. L'album est un peu moins trash métal que les précédents, ce qui pertubera quelque peu les fans du groupe, mais ces derniers seront rapidement soulagés par les envolées guitaristiques de Dave Mustaine et Marty Friedman qui se font bien plaisir sur les solos. La chanson, et surtout le clip, avait semé la controverse lors de sa sortie, jugé trop dur - principalement lors de la simulation d'assassinat d'un homme politique, dépassé par les événements. Toujours est-il que cette chanson fait partie des plus connues du groupe.

Dans l'introduction du morceau, on peut entendre un orchestre en cacophonie lorsque tous les instruments s'accordent, comme avant toutes symphonies... of Destruction, tiens donc !